Non à l'allongement du temps de travail à 1607h

Signez la pétition !

Déjà 0 signatures. Objectif : 500

Le Conseil d'Administration du SIAAP malgré l'opposition de nombreux élu-e-s et de toutes les organisations syndicales (CGT, FO, FA-FPT et UNSA) a adopté le projet de la Direction Générale de porter le temps de travail à 1607h pour une grande majorité des agents (55%).

Tous les agents en horaires variable devront travailler 12mn/jour en plus (60 h/an), pour ne pas perdre 6 jours de congés.

Cela représente 55 000 h de travail faites gratuitement pour le SIAAP soit un équivalent de 36 emplois à temps plein.

Certes la loi n°2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la Fonction Publique instaure ce temps de travail à 1607 h, pour les agents qui ne sont pas reconnus sous des sujétions particulières, mais cette même loi précise qu'en référence à l'article 2 du Décret n°2001-623 du 12 juillet 2001, il appartient à l'autorité territorial de délibérer pour, après avis du comité technique compétent, réduire la durée annuelle de travail servant de base au décompte du temps de travail défini au deuxième alinéa de l'article 1er du décret du 25 août 2000 susvisé pour tenir compte de sujétions liées à la nature des missions et à la définition des cycles de travail qui en résultent, et notamment en cas de travail de nuit, de travail le dimanche, de travail en horaires décalés, de travail en équipes, de modulation importante du cycle de travail ou de travaux pénibles ou dangereux.

Nul ne peut prétendre que les agents travaillant dans les installations du SIAAP, classées dangereuses en préfecture et même SEVESO 3, ne peuvent être reconnus par les critères de pénibilité et de dangerosité, hormi le Président du SIAAP et la Direction Générale qui eux ne reconnaissent pas ces critères pour l'établissement de sujestions nouvelles, malgré les précisions du Ministère de la Transformation et de la Fonction Publique qui indiquent clairement que celles-ci doivent viser la compenser la pénibilité ou la dangerosité de certaines tâches, au regard notamment des facteurs de pénibilité prévus par le code du Travail.

Les agents signataires de cette pétition refusent l'allongement du temps de travail à 1607h et exigent la reconnaissance de leur exposition à la pénibilité et la dangerosité comme le prévoient les textes législatifs !